Kyoto, l’ancienne capitale impériale

Me revoilà pour la suite de mes aventures au Japon!!!! Si vous n’avez pas lu le premier épisode, vous pouvez le retrouver en suivant ce lien Bienvenue au Japon.

Dans ce nouvel épisode, je vais vous parler de Kyoto. On y est resté trois jours et j’ai eu un gros coup de cœur pour cette ville qui est très riche au niveau culturel.

La ville de Kyoto est située sur l’île de Honshu dans la région de Kansei. Elle fut de 794 à 1868 la capitale impériale du Japon sous le nom de Heian-kyo (« Capitale de la paix et de la tranquillité »). Elle est aujourd’hui la capitale de la préfecture de Kyoto. Sa population est de 1,47 million d’habitants (estimations 2015).

Partons à la découverte de cette ville riche en culture!!!


Avec ses 1 600 temples, ses sanctuaires, ses jardins, son architecture, Kyoto est considéré comme le centre culturel du Japon. Plusieurs sites et principalement des temples sont classés patrimoine mondial de l’UNESCO sous le nom de Monuments Historiques de l’ancienne Kyoto (villes de Kyoto, Uji et Otsu).

Le temple Ryôanji avec son jardin zen

Le temple Ryôanji est un des temples le plus visité de Kyoto pour son jardin nommé jardin de rochers qui est un jardin zen qu’est-ce-qu’un jardin zen ou sec?

Un jardin sec ou zen est un jardin japonais composé de sable, de rochers, de graviers et de mousse, en général sans autres plantes. De nombreux jardins secs ont été créés à partir du début du XVe siècle dans les monastères et les temples zen, d’où leur nom courant de « jardin zen ». Ces jardins ont le plus souvent un caractère abstrait et sont réalisés avec une économie de moyens conforme à la volonté zen d’éliminer le superflu, qui tranche avec la profusion des jardins des époques précédentes. Il ne subsiste que la pierre et le sable. En l’absence d’eau, celle-ci est suggérée par le sable ou les graviers, où sont dessinés au râteau des motifs de vagues. Occasionnellement, on admet des arbustes taillés, à feuilles persistantes.

Ce jardin du temple Ryôanji mesure 25*10m. Il n’y a pas d’arbres mais seulement quinze rochers et du sable. Avec un râteau, les jardiniers dessinent des vagues sur le sable pour mettre du mouvement dans ce jardin assez simple.

J’ai beaucoup aimé ce temple et ses jardins qui respirent la zénitude. Devant le temple,  il y a un lac autour duquel on peut se balader. Très beau temple à visiter qui est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1994 comme la plupart des temples de Kyoto.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Kinkajuki ou le temple du pavillon d’or

Le Kinkakuji également connu comme le « pavillon d’or« se trouve au nord-ouest de la ville de Kyoto et n’est pas très éloigné du Ryôanji dont je vous ai parlé au-dessus. C’est l’un des temples bouddhistes les plus visités à Kyoto dû à sa majestueuse construction principale qui est un pavillon recouvert sur deux étages de feuilles d’or.

Bâti à la fin du XIVe siècle puis brûlé à de nombreuses reprises, dont la dernière fois en 1955, il fut rebâti à l’identique cette même année, puis rénové en 1987. Il est aussi classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

 C’est un site incontournable à visiter si vous séjournez à Kyoto.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il y a sa version en argent le Ginkakuji qu’on n’a pas visité mais le voici en photo.

 

Dans les rues de Kyoto

  •  Le marché Nishiki

Le marché Nishiki est un marché couvert qui s’étend sur 400 mètres où les marchands exposent sur leur étal les ingrédients typiques de la cuisine de Kyoto : poissons, fruit de mer, tofu, sucreries, thés mais aussi quelques souvenirs .

IMG_2575.JPG

  •  Le quartier Gion

Le quartier Gion est l’un des quartiers historiques de l’ancienne capitale. C’est un quartier très touristique par ses magasins et ses restaurants mais aussi par le fait qu’on peut y croiser des Maiko(apprenti Geisha). Ses rues sont aussi célèbres, notamment, pour accueillir un des plus grands festivals du Japon chaque été : Gion Matsuri.

On s’est baladé à travers les ruelles de ce quartier et faire un peu de shopping. Et pour finir, on a assisté à un spectacle à Gion Corner (Espace Gion).
L’Espace Gion est un endroit où l’on découvre l’art traditionnel du spectacle japonais. Il y a sept tableaux durant ce spectacle : danses Kyo-Mai, Ikebana (Art Floral), la cérémonie du thé, des joueurs de Koto(instrument de musique), musique de cour Gagaku, le théâtre Kyogen et le théâtre de marionnettes Bunraku (pour plus d’infos sur ces arts japonais cliquez ici)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le temple de Kiyomizu ou le temple de l’eau pure

Situé sur la montagne qui entoure Kyoto, ce temple surplombe la ville. Il a été bâti en 798 puis reconstruit en 1633 sur un pic rocheux.

A l’entrée du temple se trouve une pagode à trois étages. Le pavillon principal ou Hondo se tient sur une plateforme de bois installée sur des pilotis.

IMG_2653

Le temple de Kiyomizu est dédié à la déesse Kannon. Le Hondo abrite une statue de bronze de Kannon, déesse aux onze têtes et centaines de bras, réputée compatissante et exauçant les prières.

A la sortie du bâtiment principal, une épreuve attend les âmes en quête du vrai amour. Au sanctuaire Jishu se trouvent deux pierres séparées par dix-huit mètres. Il est dit que si une personne réussit à parcourir cette distance les yeux fermés, ses chances de trouver l’âme sœur se voient considérablement augmentées. Si elle y parvient mais guidée par la voix d’une tierce personne, elle ne trouvera l’élu qu’à l’aide d’un intermédiaire. Nombreux sont les jeunes gens qui tentent souvent d’y réaliser leur vœu.

Puis, on continue notre visite au sein du Kiyomizu-dera. On arrive à la cascade Otowa, au bas de la terrasse à pilotis. Son eau sacrée est réputée avoir des vertus thérapeutiques et porterait chance.

 

Le château de Nijo

Le château de Nijo autrefois impérial (au XIXe) est situé en plein cœur de l’ancienne capitale japonaise, il s’étale sur 27,5 hectares.

La visite de ce château nous fait découvrir des peintures réalisées par des artistes de la célèbre école Kanô ainsi que les éléments décoratifs sur des panneaux coulissants. A  l’intérieur des bâtiments, il est interdit de prendre des photos mais je peux vous dire que les différentes pièces sont magnifiques.

Construit en 1603 pour être la résidence du premier shôgun TOKUGAWA leyasu (1543-1616), cet ensemble est constitué de plusieurs bâtiments, de fortifications et de beaux jardins.

Lors de la visite des bâtiments du château, on marche sur des planches en bois où s’y émane un doux chant de rossignols.Pour la petite histoire, le premier shogun souhaitant se prémunir des traîtres, il fit poser un parquet « rossignol » dans ses couloirs : quiconque pose le pied sur ce sol entend immédiatement un son semblable au pépiement d’un oiseau, ainsi nulle crainte d’être surpris par des intrus ou des assassins potentiels, à l’image des légendaires ninja.

Autres visites possibles à Kyoto

  • Le sanctuaire de Fushimi Inari (les 1000 tori rouge) : situé au Sud-Est de Kyoto, c’est un des sanctuaire les plus photogénique avec ses milliers de tori rouges qui forment un chemin qui mène en haut d’une colline et permet d’accéder a d’autres petits sanctuaires, dont la plupart sont dédiés aux renards
  • Le Sanjusangendo (le temple des 1000 boudhas) : un temple bouddhiste très long (le plus long temple en bois au monde) et construit en 1164. A l’intérieur se trouvent 1001 statues de bouddha à taille humaine.
  • Le parc des singes Iwatayama : c’est une colline où des singes macaques ont élu résidence.
  • La forêt de bambou d’Arashimaya
  • Le musée international du manga

 

Qu’est-ce qui m’a séduit à Kyoto?

Kyoto m’a séduit pour son mélange de styles entre modernité et tradition. Je ne pensais pas qu’il y avait autant de temples au Japon c’est une des choses que j’ai découvert. C’est une ville très prisée par les touristes car elle représente bien le Japon et son histoire avec de nombreux sites classés patrimoine historique. Tous ces sites ont été bien conservés car la ville n’a pas été bombardée durant la seconde guerre mondiale.

C’est vraiment une ville à découvrir si vous partez au Japon.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce deuxième épisode de mon voyage au Japon est terminée.

Gros bisous et à bientôt pour la suite…

Publicités

7 réflexions sur “Kyoto, l’ancienne capitale impériale

  1. Pingback: Nara et le Mont Koya | Le fourre-tout de Gayou

  2. Pingback: Nara et le Mont Koya |

  3. Pingback: Tokyo |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s